Les gens du Ferret, Où sortir, où manger au Ferret
Laisser un commentaire

Le banc d’Arguin avec Bertrand ostréiculteur au Cap Ferret

DSC_0734Arguin     

Un banc de sable posé face à la dune du Pyla. Une frontière entre les eaux calmes et peu salées du bassin et l’univers sauvage de l’océan.

Un paysage de bout du monde, le sable comme de la poussière d’or, des eaux cristallines,  les tropiques à une heure de Bordeaux.

Le spot préféré des plaisanciers qui s’aventurent rarement au-delà par peur légitime de franchir les redoutables passes, un des cinq points les plus périlleux des côtes françaises. Idéal pour un pique nique entre copains. Un endroit tellement « in » que les dimanche d’août on a du mal à accoster.

Le banc d’Arguin, c’est aussi le spot préféré des ostréiculteurs. Le terroir idéal pour l’élevage des huîtres, leur croissance, appelée pousse, y est bien plus rapide qu’à l’intérieur du bassin.

Tu as adoré te baigner dans ces eaux claires, marcher à travers le banc et boire le rosé saupoudré de  grains de sable. L’automne arrive, le touriste disparaît. La magie des lieux reste.

Viens découvrir une autre facette d’Arguin et partage avec moi la journée d’un ostréiculteur.

Bertrand nous a prévu un programme assez sympa :

Balade en tracteur sur la plage centrale,Waouh, t’es jalouse hein!!!, tour en  bateau pour rejoindre le parc, méditation en plein air au milieu d’une nature époustouflante pendant que les pros accomplissent leur tâche et retour en poussant un peu les machines.

Allez hop c’est parti, on embarque avec Bertrand & François

DSC_0137

DSC_0134

Départ en tracteur vers les parcs depuis « chai Bertrand »

Point de départ : Chai Bertrand, on est à côté de l’école de voile du Cap Ferret et en face du terrain de boule. Juchée sur le garde-boue du tracteur, je profite de la relative inactivité de l’équipage pour m’informer sur la culture des huîtres. Nous rejoignons la cale à bateau de la plage centrale et hop on roule sur le sable en direction du Chaland de Bertrand à l’ancre à la sortie du Mimbeau.

Comme tu peux le voir, le chaland est  bien chargé. Aujourd’hui nous allons remplacer les tables rongées par la rouille dans un parc du banc d’arguin. Nous prenons la mer avec prudence. Bertrand négocie les petites vagues formées par le vent du sud.

DSC_0146

DSC_0183 - Version 2

un départ sous tension

DSC_0176

la dream team se détend une fois la houle passée


DSC_0175

Une fois au milieu du bassin, la houle se calme et le chaland peut prendre une vitesse supérieure. Navigation tranquille jusqu’au banc. En octobre, peu de monde sur l’eau, nous croisons juste le bateau-taxi et le garde de la réserve ornithologique.

Dans les parcs, seulement 2 autres bateaux sont amarrés, il faut dire qu’au large la mer est grosse. Un chaland doté d’une mini grue (trop de la  chance) enlève des tables immergées chargées de sacs d’huîtres. Il les rapportera à terre pour les travailler. Dans le bassin, la présence de moules et de naissains  qui se fixent sur les huîtres en croissance oblige les ostréiculteurs à manipuler régulièrement les poches. Il s’agit d’éliminer ce captage sauvage par immersion quelques minutes dans l’eau chaude et par grattage.

Revenons à notre travail du jour. Arrivé en face des Blockhaus et en vue de la plage du Petit Nice, Bertrand jette l’ancre et bascule son chargement de tables en ferraille. Puis il remplace les chantiers hors d’usage. Son parc est bientôt  prêt pour une remise en route.

DSC_0203

Demain il reviendra avec des poches d’huîtres provenant de ses parcs du Ferret ou de l’île aux oiseaux. Elles vont terminer leur croissance dans les eaux plus salées. Elles atteindront une taille commercialisable à l’âge de 3 ans.

La tâche achevée, je jette un dernier coup d’œil au décor — juste magique — et nous reprenons la mer.

DSC_0266

Savoure le banc d’Arguin vierge de toute présence humaine.

Le retour  est plus rapide. Les hommes émoussés après 2 heures de travail physique avec de l’eau jusqu’à la taille, sont pressés de rentrer.

DSC_0335

Dans le chenal près du Mimbeau, Bertrand amarre son chaland et récupère son  tracteur. Je m’installe sur la remorque.DSC_0338 (1)

Ah  la tête des copines si elles me voyaient assise sur mes poches à huîtres !!!

DSC_0367

Pour Bertrand et  François, la journée n’est pas terminée.

Il reste à trier des poches à huîtres. Assez simple: 4 Bacs, un central dans lequel on déverse les huîtres à travailler. A droite le bac pour écarter les coquilles vides, un autre pour celles commercialisables et à gauche un petit bac pour celles qui n’ont pas assez grossi.  Parmi celles-là on trouvera des « boudeuses », trop mignon le nom. Ce sont des petites qui ne veulent pas grossir mais qui seront bien lourdes.

Pour moi, la journée est terminée, une petite bise à Estelle qui toute la journée a assuré la dégustation à la cabane. Je prends mon plateau, ce soir c’est apéro-huitres entre copains, un rituel bordelais.

DSC_0121 (1)

Estelle sur la terrasse de « Chai Bertrand »

_DSC8713_DSC8701

Des questions ????

Je réponds aux passionnés du « manger local » & du « bilan carbone »

  • Oui, les huîtres de « Chai Bertrand » sont 100% naturelles.Et donc tu ne te plaindras si elles sont laiteuses en été. Il faut laisser la nature faire.
  • Oui, de nombreux ostréiculteurs du bassin continuent à travailler leurs huîtres de la naissance à la commercialisation.

S’installer ostréiculteur, c’est encore possible ??

  • Oui, tu fais comme Bertrand, tu obtiens un diplôme du lycée de la mer. Le Baccalauréat Professionnel cultures marines est obligatoire depuis 2010 pour obtenir une concession.
  • Oui ,  si tu travailles d’abord comme salarié pour acquérir de l’expérience dans le métier
  • Ensuite tu vas aux affaires maritimes, bureau des cultures marines.
  • Avec un peu de sous, tu pourras peut-être acheter une concession d’une durée maximale de 32 ans renouvelable par tranches de 5 ans.
  • Evidemment, si tu descends d’une famille d’ostréiculteur tout cela sera plus facile.

Et après si tu t’installes, tu travailles le lundi, le mardi, le mercredi, le jeudi, le vendredi, le samedi et même le dimanche.

Il ne s'arrête jamais !!! Après le travail au parc, Bertrand prépare les plateaux

Il ne s’arrête jamais !!!
Après le travail au parc, Bertrand prépare les plateaux

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s