Mois: mars 2015

La pointe prend des airs de fin du monde

Visibilité nulle, soleil voilé, ciel et mer gris plomb, aujourd’hui la pointe prenait des airs de fin du monde. Ambiance post-apocalyptique un peu comme dans le roman « la Route » de Cormac McCarthy . Je n’ai croisé que quatre survivants : deux hommes, une femme et un bébé. Pardon j’oublie le chien. Un condensé d’humanité. Assez pour faire un monde. Je délire un peu histoire de te donner le goût de lire le fabuleux bouquin de McCarthy. Je te donne le résumé copié sur Wikipédia : Un cataclysme inconnu a dévasté le monde. Des incendies géants ont ravagé les villes et les campagnes tandis que la faune a disparu. Ce qui ressemble à un hiver nucléaire masque en permanence le soleil et des cendres recouvrent le paysage. L’humanité a presque disparu, les quelques survivants se terrent tels des bêtes ou, ayant apparemment régressé, pratiquent le meurtre et le cannibalisme. Dans ce décor apocalyptique, un père et son fils, que l’auteur ne dénommera jamais autrement que « l’homme » et « le petit », errent en direction du sud, leurs maigres possessions rassemblées dans un chariot …

Finir le week end par un burger à Lège

Ce dimanche d’avant Pâques: grrr… la loose !!! Un temps tout pourri et rien à faire au Ferret. Les ados qui grognent, pas contents d’être venus s’enterrer au bout du monde quand tous les copains sont restés à Bordeaux, eux. La bonne idée pour réconcilier la tribu avant de rentrer c’est de faire un stop au Diners à Lège pour un bon gros burger. Les garçons optent pour un Endless (le bien nommé): deux fois 150g de viande ça calme même un appétit de bucheron canadien. Les filles craquent pour un Grand Crohot sans frites mais avec une jolie salade. Chéri prend un tartare de 300g (ça ne se refuse pas paraît-il) et tout le monde est d’accord pour la superbe tatin de Béa, tout juste sortie du four. Impossible de résister à ces odeurs de pommes caramélisées. Avec une boule de glace vanille et la chantilly qui va bien on termine light. Allez, demain c’est lundi et veggie pour tout le monde !!! Des bises.

Lulu pêche les crevettes du bassin

Le lendemain de la grande marée, Lulu voulait pêcher les crevettes du bassin. Remarque, moi j’étais pas contre. Le dimanche matin, on mis les vareuses, on a retourné tout le garage à bateau pour trouver  les bottes. Celle de lulu était trop petites et celle de lolo un peu percées. On a filé chez papy chercher les épuisettes, des grandes comme on voulait plein de crevettes. Après on est descendu sur la plage vers le débarcadère, histoire de pêcher derrière les parcs à huîtres. On a marché dans la vase. Sleurp !!! ça faisait des bruits rigolos. On a poussé devant les épuisettes mais on a pas vu beaucoup de crevettes. On a vu des bernaches, des bernard-l’hermite, un bébé oursin, des bébés huîtres qui se collent sur des trucs bizarres en plastiques. On a vu du goémon, ça fait pout pout quand tu écrases les petites boules. Quand on a eu trop froid aux pieds, on est rentré se mettre au chaud. C’est juste comme ça les dimanches au Ferret.

La marée du siècle à la pointe

Déçue !!! Alors là pour la marée du siècle, vraiment, c’est nul !!! Petit commentaire entendu hier sur le parking de la pointe. Normal, les catastrophes ne viennent jamais quand on les attend. Ceux qui sont venus voir les dégâts repartent tout dépités. Hier à la pointe j’ai croisé pas mal de râlous. Pourtant des dégâts y’en a eu, je t’en reparle après. Remarque, c’était pas forcément le meilleur jour pour goûter les charmes du Ferret. Visibilité nulle, petite bruine, une vraie météo de Bretagne. J’ai vu aussi des vrais amoureux du Cap Ferret. Ceux là ont marché jusqu’aux blockhaus pour une balade, des photos, une pause tranquille, juste regarder la mer et même une partie de pêche. Mon coup de cœur pour le sourire de Chloé venue de Lanton pour voir la pointe et sauter dans les flaques.

Marée du siècle et érosion au Cap Ferret

L’érosion marque le pas au Cap Ferret. On est loin des tempêtes de 2014 et de ses dramatiques conséquences : recul parfois jusqu’à 25 mètres de la dune côté océan et 1000 M3 de déchets laissés par la mer. Pourtant une simple balade à la pointe permet de mesurer l’incessant travail de sape des fortes marées. La dune offre toujours un profil vertical comme une petite falaise de sable. Sous le soleil, l’œil y verrait presque un mini Colorado. Les photos sont superbes !!! Que sait-on du recul du trait de côte ? En premier, la zone des passes du bassin d’Arcachon constitue un ensemble à part dont l’évolution est liée à l’activité hydraulique du bassin. En 2011, l’étude stratégique de gestion du trait de côte du BRGM a établi une cartographie du littoral en évaluant le recul par zones homogènes. Au Cap Ferret, il est entendu que le trait de côte recule de plus de 4 mètres par an. En prenant pour origine 2009, au même rythme on peut parier sur un recul global du trait de …

Le Cap Ferrat Stars et paillettes, Le Cap Ferret Familles et digital détox.

Marion Cotillard & Guillaume Canet, Audrey Tautou, Gilles Lelouche, Pascal Obispo, Philippe Starck, pas besoin de savoir compter, tu captes vite. Les stars sur la presqu’île, y’en a plus que de points sur mon permis mais moins que de kilos sur ma balance. J’ajoute les vedettes locales Benoît Bartherrote, Joël Dupuch, les figures de la télévision Nicolas Canteloup, Bernard Montiel, Bataille et Fontaine. L’ensemble fait à peine une équipe de foot. La preuve, quand l’Express titrait « Le Cap Ferret, les maisons de Stars », une seule photo : la villa de Pascal Obispo. Juste un sujet marronnier pour vendre du papier même pas recyclé. Certains magazines confondent Cap Ferret et Cap Ferrat, grave erreur. La presqu’île c’est très Côte Ouest, un repaire de bobos et pas vraiment le rendez-vous de la Jetset. Imagine la journée d’une star. Le boulevard de la plage mesure quelques centaines de mètres. Pour y briller tu dois faire trois fois le tour avant de te poser à la terrasse de Frédélian. Quatre places en quasi terrasse pour garer ta belle voiture vintage …