Mes instantanés
1 commentaire

Marée du siècle et érosion au Cap Ferret

L’érosion marque le pas au Cap Ferret. On est loin des tempêtes de 2014 et de ses dramatiques conséquences : recul parfois jusqu’à 25 mètres de la dune côté océan et 1000 M3 de déchets laissés par la mer.

Bois, plastiques et déchets divers ; Laisse de mer sur mes plages océans. Photo Sophie Juby

Bois, plastiques et déchets divers ; Laisse de mer sur les plages océanes, février 2014.
Photo Sophie Juby

Pourtant une simple balade à la pointe permet de mesurer l’incessant travail de sape des fortes marées. La dune offre toujours un profil vertical comme une petite falaise de sable. Sous le soleil, l’œil y verrait presque un mini Colorado. Les photos sont superbes !!!

pointe du cap Ferretpointe du cap Ferret

Que sait-on du recul du trait de côte ? En premier, la zone des passes du bassin d’Arcachon constitue un ensemble à part dont l’évolution est liée à l’activité hydraulique du bassin. En 2011, l’étude stratégique de gestion du trait de côte du BRGM a établi une cartographie du littoral en évaluant le recul par zones homogènes. Au Cap Ferret, il est entendu que le trait de côte recule de plus de 4 mètres par an. En prenant pour origine 2009, au même rythme on peut parier sur un recul global du trait de côte de 44m en 2020 et 124 m en 2040.

Le 21 mars, nous attendons la marée du siècle coefficient 119, marnage 4m80 à Arcachon. Faut-il craindre une nouvelle catastrophe écologique ?

Côté bassin, les berges et perrés ont été consolidés par les travaux entrepris par les propriétaires riverains. En parallèle, la municipalité procède chaque printemps au ré-ensablement des plages et de la flèche du Mimbeau. En se guidant sur des études menées par la SOGREA, les équipes techniques prélèvent du sable à certains endroits et vont engraisser les plages à d’autres.

Le Cap Ferret. Plage du mimbeau. Les riverains organisent la défense des maisons. Photos Sophie Juby

Le Cap Ferret. Plage du Mimbeau, mars 2014 Les riverains organisent la défense des maisons.
Photos Sophie Juby

Qu’en est-il des deux autres fronts : la pointe et l’océan ?

Au début du siècle, on a pensé protéger la pointe par l’enfouissement de pieux de bois positionnés en épi pour casser la houle. La puissance des vagues a eu raison de ces installations. Déchaussés par les fortes marées, certains pieux sont partis en mer et dans le bassin représentant un danger évident pour la navigation. La mairie a choisi de ne pas entretenir les ouvrages et même de retirer les éléments dangereux.

Depuis, la plage de la pointe est ré-engraissée par des apports annuels de sable. L’érosion attaque les protections et non la dune.

Le cap ferret, sophie Juby _DSC4506

Côté océan, les dunes appartiennent au conservatoire du littoral qui entretient contre l’érosion éolienne essentiellement. La dune est fixée par la pose de ganivelles, de couverture de branchages et la plantation de végétation adaptée type oyats. On parle d’un accompagnement du phénomène naturel sans défense absolue du trait de côte. Un choix possible en raison du caractère non urbanisé de la dune.

DSC_0092 (1)

Pour faire plus, il faudrait des moyens supplémentaires. La municipalité espère beaucoup des études en cours. Elle souhaite que le phénomène d’érosion soit étudié dans la globalité de la côte aquitaine et que des solutions régionales soient trouvées de façon à mieux répartir la charge financière. Aujourd’hui les travaux récurrents de ré-ensablement sont financés uniquement par la commune. Il faut des grandes tempêtes comme 2014 pour attirer l’attention de l’Etat et son éventuel implication. Ainsi le comblement de la brèche du Mimbeau en 2014 a bénéficié d’une subvention de l’état de 30%.

Alors rendez-vous à la prochaine catastrophe pour voir les hautes autorités prendrent (peut-être) leurs responsabilités. La marée du siècle annoncée pour ce samedi ne sera pas traumatisante pour nos côtes. Pour un effet tsunami il faut la combinaison de plusieurs éléments : grande hauteur de marnage, houle liée à de forts vents. Le 21, nous aurons uniquement le coefficient de 119. Prépare juste ton appareil photo. A marée basse, les plages vont offrir un visage nouveau et peut-être même donner du plaisir aux pêcheurs à pied.

Cette entrée a été publiée dans : Mes instantanés

par

Je suis du Cap ferret et de Bordeaux. Je veux voir le Cap Ferret avec les yeux de Candide. "tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles"

1 commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s