Que Faire au Cap Ferret
1 commentaire

Entretien avec Patrick Olaya éditeur et organisateur du salon du livre d’Ares

 

Tout d’abord, milles mercis Patrick de m’accueillir chez toi, aux Editions Vents Salés. Nous sommes à quinze jours de la seconde édition du salon du livre d’Ares, Les Pages du Bassin. Le salon littéraire de la presqu’île autour d’auteurs connectés au Bassin se tiendra les 16 & 17 mai.

 Si tu veux bien avant de débuter sur le sujet, j’aimerais que tu me dises : Que ferons nous le 27 mai ?

Patrick olaya

Dommage, j’aurais dû filmer la scène. Ma question déstabilise Patrick pour une seconde, puis il se marre vraiment. Je t’explique. Patrick Olaya a publié sur Facebook une photo de la façade de l’Hôtel Côté Sable au Cap Ferret qui fait le buzz depuis 8 jours. Ses commentaires :

Le 27 mai… Au Cap Ferret… Vous serez des privilégiés…

Sur la terrasse de l’Hôtel Côté Sable****

Notez donc cette date dans vos agendas et comptez sur moi pour faire durer le suspens!!!

Le 27 mai vous serez là et France 2 aussi.

Ouf !!! Je n’ai pas eu à le torturer, ma question balancée en guise de mise en bouche nous a branché en connexion positive, voici sa réponse :

Je publie l’autobiographie de Francky Vincent, le chanteur guadeloupéen connu pour son zouk, son célèbre vas-y Francky et le ton assez sexe de ses chanson. On sera à l’Hôtel Côte Sable pour un concert en présence de France 2. On fêtera aussi les 40 ans de carrière de Francky Vincent. On va zouker au Cap Ferret. On remettra ça le 19 juillet.

Seconde édition du salon du livre d’Ares consacré aux auteurs du Bassin ou inspiré par le bassin, il y a donc tant à dire ?

Oui, le bassin c’est inépuisable. Il y a mille manières de l’aborder : le polar, les petites histoires du coin…

Quel sera le parrain en 2015 ?

Philippe Lefait et Françoise Laborde sont les parrains d’honneur du salon. Jean-louis Debré qui vient de sortir Le Monde selon Jacques Chirac (éditions Tallandier) sera notre invité vedette pour 2015.

Les auteurs présents ?

Ils seront 25 comme en 2014. Regarde le programme, tu les as tous, les déjà fidèles : Bernard Cazaubon, Simone Gélin, Antoine Mesnier et Guy Rechenmann et d’autres écrivains tout aussi passionnants.

Bernard Cazaubon, Antoine Mesnier, Guy Rechenmann Photo Sophie juby

Bernard Cazaubon, Antoine Mesnier, Guy Rechenmann au salon du livre d’Ares édition 2014

salon du livre d'Ares

Cette année nous avons invité  Danièlle Thiery, la première femme commissaire divisionnaire de France. Elle publie depuis 1995 et s’est complètement reconvertie dans l’écriture en 2008. Son dernier polar Dérapages sort le 14 mai.

Enfin j’aurai le plaisir d’accueillir Salim Bachi, l’auteur du Consul. Il s’agit de la biographie d’ un juste Aristides de Sousa Mendes consul du Portugal sous le Bordeaux de l’occupation. Entre trente mille et cinquante mille réfugiés de toutes nationalités et religions bénéficièrent d’un visa signé de sa main qui leur permit de fuir la menace nazie. Salim Bachi donnera une conférence samedi 16 à 15 H.

Je partage avec toi cette critique de Norbert Czarny dans son blog l’école des lettres.

Le Consul est l’histoire d’un homme devenu « perméable à toute la souffrance du monde » qui se rebelle contre la loi aveugle, et s’en trouve transformé. Il n’est pas devenu un « homme machine » comme tous ces autres que l’on fabrique depuis la grande boucherie de 14, monstre qui le broierait dans ses « bras métalliques », dès le retour au Portugal. Mendes a sans doute agi en homme de foi, en catholique authentique, et on ne peut s’empêcher de penser à Bernanos tel que Lydie Salvayre l’évoque dans Pas pleurer. À ceci près que l’écrivain français est un homme en colère, ce qui ne semble pas le cas de Mendes dont les sentiments semblent plus retenus. Ses actes le transforment, lui rendent une jeunesse perdue depuis longtemps, une jeunesse qui le rend semblable à des héros comme Roland, Quichotte ou Achille et Ulysse.

ares programme

Du nouveau dans l’organisation ?

Pas vraiment, nous serons toujours dans la salle Brémontier avec un mix de présentations statiques et de conférences animées par Hervé Hélary. Les critères de sélection sont inchangés, nous proposons un salon consacré aux auteurs inspirés par le Bassin et aux auteurs qui y vivent. Cette année, j’accueillerai plus des auteurs vivants sur le bassin qu’écrivant sur le bassin.

 Si on parlait de Patrick Olaya, L’édition et toi c’est une histoire qui débute comment ?

Elle débute très jeune. Je voulais être éditeur comme d’autres rêvent d’être pompier. En voyant le nom des éditeurs sur les couvertures des livres, j’ai su que je ferai ce métier. J’ai commencé une carrière de reporter de guerre. Avec le temps, le métier a changé et ma tête se remplissait d’images très graves. Je savais qu’un jour il me faudrait arrêter. J’ai donc préparé ma reconversion. Je ne voulais pas m’enfermer dans une rédaction. J’ai commencé par écrire des biographies et ensuite j’ai monté ma maison d’édition.

 

3 dates à retenir de ton parcours ?

  • 1984, ma rencontre avec Paul-Emile Victor, le découvreur des glaces, le protecteur de la nature avant l’heure. Il vivait retiré sur un atoll à Bora-bora. C’était un taiseux. Je l’ai respecté, j’attendais qu’il vienne vers moi. Ce fut une très belle rencontre. Avec le temps, il s’est livré et m’a raconté des choses qu’il n’avait jamais écrites.
  • 26/10/ 2006 Naissance des Editions Vents Salés
  • 2008 Je signe avec Dominique Pénide son cinquième roman Le murmure des livres dont l’intrigue se situe à Bordeaux dans une librairie de la rue Fondaudège. Ce roman sera mon premier succès.

Interview bassin :

 

D’ici ou d’ailleurs ?

D’ici

Ton premier souvenir bassin. ?

Une fiancée à Petit Piquey. J’avais quinze ans et j’habitais Bordeaux. Je faisais la route en vélo pour aller la voir.

Plutôt bassin ou océan ?

Bassin

Ton refuge au Ferret après une le rush de la journée ?

La cabane du Truc Vert. Une adresse ouverte uniquement en saison proche du camping sur la route forestière du Truc Vert. Là-bas, tu es en plein cœur de la forêt, c’est magique, les odeurs, les bruits. Boire un café le matin, c’est unique. Et le midi on y mange très bien.

Tu escalades le phare ou la dune du Pyla ?

Le phare

Pour conclure, un regard sur tes projets, tes rêves 

Je finalise un livre coécrit par Jean-Luc Rocha, chef étoilé du Château Cordeillan-Bages à Pauillac, et Michel Cardoze, un ancien journaliste de l’huma et chroniqueur sur diverses chaînes télé. Le chef Jean-Luc Rocha décline douze recettes autour du french paradox et de la graisse de canard qu’il décline en entrée, plat, dessert et pain ! Les photos sont d’Ulrich Chofflet, un de nos invités de l’an dernier pour son livre Rencontres au Cap, une série portraits des personnages du Cap Ferret. Ses mises en scène apportent un éclairage nouveau sur la photo culinaire.

Patrick Olaya, editions vents salés

1 commentaire

  1. Un super ami plein d’humour avec tjs ce sourire!! Un homme qui vit à 100 à l’heure,fière de participer avec mes photos sur les deux romans de Bernard Dubarry & la couverture de Simone Gélin un honneur pour moi,des jolis cadeaux !!! Bel interview

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s