Mes instantanés
1 commentaire

Septembre, fais le tri des souvenirs

Semaine postrentrée, accorde toi le temps d’un flashback sur l’été. Finis les dossiers d’inscription, la longue attente pour les cours de gym, l’ennuyeuse réunion parents professeurs et la course des premiers matins d‘école. Tu vas construire une mémoire à souvenirs heureux, un concentré de petits bonheurs, une machine à booster les jours de blues. L’idée n’est pas de tout stocker. Tu tries, tu jettes les journées au goût amer avec les derniers bracelets de plage, inutiles liens à ton poignet. Rappelle les moments forts, retourne avec bienveillance sur le mois écoulé. Imagine une page Facebook XXL, tu publies uniquement le glamour, le sexy, pas les matins où tu songes à te jeter dans le bassin ‘cause la coiffeuse t’as fait une coupe de naze’. T’as même le droit d’ajouter une touche glossy, tu seras la seule à pouvoir isoler le vrai, à voir le mytho.dune du Pilat

_DSC4566

Commence facile avec les photos, prends le temps de revenir sur les selfies, les instagram, ces shoots de plaisir à partager. Jette les images banales, moches ou superficielles. Garde les sourires, les preuves de vos défis idiots, les jolies tables et les belles soirées. Ferme les yeux et cherche à retrouver les bruits, les odeurs, les émotions. Balaie tous les registres avec méthode. Tu entends les bruits de l’eau, l’océan, le ressac, le bassin; tu ajoutes les animations de l’été, le bruit des moteurs de bateau, celui du monomoteur dans le ciel qui tire sa banderole le long de la plage. Laisse toi aller, les souvenirs remontent : les rires des enfants bousculés par les vagues, les parties de raquettes sur la plage, les cris des joueurs de Dobble, la playlist de vos soirées. Les odeurs ressurgissent : celles des pins chauffés au soleil, l’odeur des algues du bassin, la crème solaire, le barbecue. De barbecue, tu glisses aux souvenirs de la tribu à Arguin, des apéros rosé entre amis, des diners qui s’éternisent et de la lune rousse que tu observais depuis la rive. La nuit venue soulève le voile de pudeur. Tu as le droit, le devoir même de revivre les siestes coquines, les calins dans les dunes, le désir enfin assumé, les nuits trop courtes.

sophie juby_DSC0646 _DSC4291

_DSC6814

DSC_7155 DSC_7360

Stocke les photos doudou dans ton portable, un mini pot de sable du bassin au fond de ton sac. Il suffira d’une terrasse au soleil, d’un ciel trop bleu et d’un regard trop brillant pour rouvrir la boîte à fantasmes.DSC00574_DSC5798 _DSC4948 _DSC4649_DSC6878 _DSC6883_DSC6921 _DSC6903 _DSC6731DSC_0123_DSC2400

Publicités

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s