où manger au Ferret
Laisser un commentaire

Chez Hortense, la table iconique du Cap Ferret

Lunettes noires, chemise ultra blanche et strict catogan, Karl Lagerfeld, l’indestructible, domine la planète mode de sa silhouette en noir et blanc. Bernadette c’est tout pareil, quarante ans déjà qu’elle accueille son public en robe imprimée fleurette et mise en plis impeccable. Bernadette, elle est stylée, elle n’ attend pas les pages bohème chic du spécial mode pour s’acheter une nouvelle robe.Chez Hortense , Cap Ferret

Karl à la mode? Une évidence, Karl est la mode. Ses défilés, ses petites phrases assassines et ses coups de cœur font vibrer, trembler la planète couture. Son amitié est recherchée, tous les grands mannequins copinent avec Karl. Copiner avec Bernadette ? J’en connais plus d’un qui mangerait les moules avec leur coquille pour une table en première ligne, le privilège des habitués, des fidèles et des personnalités. Et que dire de ses célèbres embrassades? Un bisou de Bernadette en public reboosterait même la cote de popularité de François Hollande. Hortense c’est du lourd, ici Bernadette elle pèse.chez hortense , Bernadette

Les raisons d’une telle longévité, d’un tel succès ?

Le site : une invitation à la coolitude ! Quel autre spot sur la presqu’île te propose une vue saisissante, à 180°, sur la dune du Pilat, une terrasse tranquille, les pieds dans l’eau, dans le quartier préservé des 44 hectares ? La maison fait face au bassin, bien protégée par une digue de pierre, consolidée chaque hiver à coup de camions de pierre blondes.

Le décor inchangé depuis 1938 : une cabane comme une guinguette au bord de l’eau, un style bistro, chaises et tables en bois brut, serviettes à carreaux et vaisselle de cantine._DSC7304

La jolie clientèle, mélange de people de la foodosphère, de célébrités locales et nationales. Audrey Tautou vient en voisine, Hélène Darroze, Jean-Luc Rocha, les stars de la cuisine  adorent l’adresse comme en témoigne leur page Facebook. L’endroit n’a pourtant rien d’élitiste. Les tradis, les classiques, les bobos, les hipters et les lumbersexuels,  toutes les tribus se retrouvent chez Hortense. Ici comme souvent au Ferret, tu pratiques la mixité joyeuse._DSC7430 _DSC7431

L’ambiance trop cool. Ici commencent les vacances en mode slow life,  pas de Wifi gratuit, juste famille et digital détox.

Le choix de travailler avec des fournisseurs locaux. La maison ne parle pas de RSE*, Elle ne connaît pas ce barbarisme. Mais elle s’appuie sur les compétences de ses voisins.  La société Van Cuyck entretient la digue, elle a même sauvé le restaurant après la grosse tempête de 1976. Joseph Bartherotte a réalisé le jardin en front de mer à partir de plantes rustiques et locales._DSC7250

Une poignée d’atouts que cela, mais l’essentiel est ailleurs, dans l’assiette tout simplement.

Le respect du produit, des recettes simples, des cuissons justes, des assiettes généreuses, l’histoire s’est écrite dans les années soixante dix. Le concept « Chez Hortense » a été imaginé par Bernadette et ses frères Yvan et Michel. Ils ont fixé les règles. François et Olivier, la nouvelle génération, restent fidèles à cette philosophie.

Chez Hortense, une seule saveur par assiette, celle du poisson sauvage entier ou partagé entre les convives d’une même table. Les Bars, turbots et autres soles sont cuits au four, après une jolie coloration à la plancha. Ils sont servis nature avec caviar d’aubergine et frites maison. La découpe du poisson se fait en salle, les touristes adorent. Je n’oublie pas les moules, la spécialité du restaurant. Mais là, désolée, même en le torturant, François ne m’a pas donné sa recette. Tu termines par un dessert comme chez maman, moelleux chocolat ou tiramisu fruits rouges._DSC7466 _DSC7554_DSC7596_DSC7440_DSC7492_DSC7380 _DSC7532_DSC7415

_DSC7244Tu vois c’est vraiment simple. Oui mais le poisson ultra frais, de belle qualité et en portion généreuse, c’est devenu aussi rare que les palourdes au banc d’Arguin.

Tu veux une preuve. Pour ces photos, j’ai assisté à une séance d’écaillage avec François, Olivier et deux cuisiniers. Au moment des soles, François, il s’est énervé. Pas content du tout après son mare,yeur ‘cause les soles, elles étaient trop petites. Lui, la triche il aime pas. Il fait tout repeser et en dessous de 350gr, toutes les soles sont reparties en caisse. Un coup de fil à son fournisseur pour lui dire que Chez Hortense, on est pas là pour calibrer le poisson et que cette marchandise, elle va retourner à l’envoyeur. C’est rapide et efficace. Les poissons doivent être dodus, le client, il a le droit d’être bien servi._DSC7152 _DSC7196 _DSC7207

Maintenant tu comprends pourquoi on vient chez Hortense depuis des générations. Le restaurant c’est un peu la maison de vacances de tous les Bordelais. Les deux frères en ont bien conscience, ils ne transformeront pas la boutique, Ils sont les témoins de nos émotions, les gardiens de nos souvenirs.

*RSE : Responsabilité Sociétale des Entreprises

Merci à Bernadette, François , Olivier et toute l'équipe de Chez Hortense

Merci à Bernadette, François , Olivier et toute l’équipe de Chez Hortense

 

Chez Hortense

  • Avenue du Sémaphore, Cap Ferret
  • 05 56 60 62 56
  • Ouvert tous les jours en saison
  • Les Week-end et vacances scolaires hors saison

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s