Mes instantanés
Laisser un commentaire

Café littéraire avec Guy Rechenmann

Je retrouve Guy à L’Escale autour d’un café avec vue et de son nouveau livre A LA PLACE DE L’AUTRE, paru aux Editions Vents Salés. Je n’ai pas encore lu l’ouvrage mais je sais que m’attendent les personnages emblématiques des premiers épisodes. Anselme, le Flic de Papier, surnommé Colombo par ses collègues de Castéja. David le chaleureux et clairvoyant manager de l’Escale, la seconde maison de Guy et de sa femme Catherine. Lily, la petite fille des premières enquêtes, lutin gracieux et précoce. Elle tient un peu du fils de Guy par ses réparties et son intelligence si vive. Cependant, ne cherche pas la part autobiographique dans les enquêtes du commissaire Viloc.

_DSC4332

C’est vrai, Guy Rechenmann partage avec son héros, un gosse de l’assistance publique, une enfance solitaire, dépourvue d’une cellule familiale aimante et chaleureuse. Mais c’est peut être tout. Car aujourd’hui, l’écrivain semble rayonner. Ses livres fonctionnent bien, les prix littéraires ne sont pas loin (il est finaliste pour le festival du polar de Cognac). Il ne manque pas d’amour, Catherine l’accompagne, le conseille, le relit. Ils forment un duo complice, féru de livres et de bassin.

Anne Rechenmann

    Catherine Rechenmann

Je me trompe, il partage aussi avec son héros, une profonde humanité, le sens aigu de l’autre. Guy a écouté avec bienveillance le récit de mes débuts en littérature. Il m’a encouragé, conseillé. Je lui ai parlé de Marie et de son envie de lâcher prise. Je lui ai même donné mon titre : Une Année au Ferret. Il a su en comprendre le sens et lui donner un titre moins réducteur. Cette histoire aurait pu naître à Noirmoutier où à Belle-Ile. Il lui a trouvé son nouveau titre. Une rupture… Pourquoi pas ici. J’adore ! Je vais le garder. Merci Guy. Je file avec ton bouquin. Trop envie de me plonger dans ce nouveau soft polar où la folie remplace le crime de sang. Il n’y a ni déposition, ni plainte, ni corps, enfin rien du tout, seulement une illuminée, sur une plage, débitant une litanie. Lily l’a surnommée YOYO

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s