Que Faire au Cap Ferret
4 commentaires

Les nouvelles règles de mouillage et de circulation au Banc d’Arguin

Depuis sa parution au journal officiel, le Décret n° 2017-945 du 10 mai 2017 portant extension et modification de la réserve naturelle nationale du banc d’Arguin suscite polémiques et questionnement.

Alors ces nouvelles dispositions réellement liberticides ou juste écologiquement responsables ? En premier, il faut savoir que la réserve existe depuis 1972, date à laquelle les associations locales de protection de la nature ont obtenu la création d’un parc pour protéger les colonies de Sternes qui y nichaient. Elles souhaitaient aussi un sanctuaire marin pour les nombreux migrateurs qui empruntent chaque année le couloir aérien, appelé Voie Est-Atlantique, en passant par la pointe du Cap Ferret. Pour être honnête, la coloc avec les locaux fonctionne assez bien. Les deux cent espèces d’oiseaux qui sont passé sur le banc ont tous aimé le cadre, la vue à 360° sur la dune du Pilat, la pointe du Cap Ferret et les passes du bassin d’Arcachon et l’accueil Huîtres, saucisses et rosé bien frais.

 Compte tenu des évolutions géographiques et de la fragilité de cet îlot marin, il semble assez normal que les termes du bail soient revus. L’ancien décret datait de 1986. Depuis cette date, le banc s’est engraissé mais l’activité économique et touristique a explosé. L’ostréiculture s’est considérablement développée portée par un lieu plus propice à la croissance des huîtres que le fond du bassin. Les bateaux sont désormais 600 à accoster chaque jour les mois de juillet et août. On peut comprendre la volonté des autorités de clarifier la situation. Voilà, c’est chose faite avec ce texte dont l’objet est

L’ extension d’une réserve naturelle nationale

Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication. 
Notice : la réserve naturelle nationale du Banc d’Arguin est située dans le département de la Gironde. Elle englobe, actuellement sur une surface de 2 600 hectares, l’ensemble des bancs de sable qui se forment à l’embouchure du bassin d’Arcachon ainsi que l’espace marin inclus dans un périmètre d’un mille nautique autour de ces bancs. L’extension de la réserve naturelle nationale, d’une superficie totale de 4 360 hectares environ, se justifie notamment pour la stabilisation de ses limites, pour en faciliter sa lisibilité pour les usagers et réglementer toutes les activités de loisirs et ostréicoles.
Références : le présent décret peut être consulté sur le site Légifrance https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=5381BC66A6F4AA3C60FB792FA360A408.tpdila22v_1?cidTexte=JORFTEXT000034674770&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000034674092

En tête d’article, tu trouves la carte extraite du site de la SEPANSO, association gestionnaire du site depuis l’origine. Elle se lit très facilement. Deux zones interdites sont clairement signalées.

Que penser de ces nouvelles dispositions ?

D’après Christophe le Noc, conservateur de la réserve, les principaux changements entre le décret de 1986 et celui de 2017 sont l’extension du périmètre de la réserve, la délimitation des zones de parcs à huîtres et l’interdiction du mouillage nocturne.

L’agrandissement s’est fait par l’ouest, il englobe un banc de sable et une zone essentiellement maritime. Dans la réserve, sont toujours délimitées deux zones interdites à la circulation des personnes la ZPI et la ZN.

Article 5

Le préfet définit une ou plusieurs zones de protection intégrale qui peuvent être modifiées par arrêté préfectoral chaque année. La superficie de ces zones de protection intégrale ne peut pas représenter moins de 100 hectares. Elles sont signalées à terre et en mer par un balisage spécifique.
Au sein des zones de protection intégrale toute activité est interdite

Ces deux zones sont peu ou prou les mêmes que celles du précédent décret de 1986 et donc les terres accessibles de jour aux plaisanciers sont conservées.

 

L’occupation par les ostréiculteurs est désormais sous contrôle. Elle tient compte de l’activité actuelle et régularise une situation de fait.

Article 15

En dehors des zones de protection intégrale, l’activité ostréicole peut être autorisée au sein de trois zones d’implantations ostréicoles d’un seul tenant chacune au maximum, définies par arrêté du préfet de la Gironde. Cet arrêté est pris sur proposition du comité régional de la conchyliculture et après avis du conseil scientifique de la réserve. La superficie totale des concessions ostréicoles au sein de ces zones ne peut excéder 45 hectares cumulés maximum, y compris les passages entre les concessions. La délimitation de ces zones est réalisée après que la délimitation des zones de protection intégrale est arrêtée.

La vraie nouveauté apportée par le décret de 2017 concerne l’utilisation nocturne du banc. La nouvelle réglementation est très stricte, l’accès et le mouillage sur le banc de nuit sont désormais illicites.

Article 17

Le stationnement ou la circulation des personnes de quelque manière que ce soit, y compris à pied sur l’estran et les terres émergées, sont interdits du coucher au lever du soleil.

 Article 19

Le mouillage et le stationnement des navires et de tout engin nautique ou engin de plage sont, sur la totalité du territoire de la réserve, interdits du coucher au lever du soleil.

 Les contrevenants se verront infliger une amende de 68 euros par personne a minima. La surveillance du site est assurée par une équipe de la SEPANSO composée de trois permanents, de deux saisonniers et de bénévoles pour une surface estimée à 800 hectares à marée basse et un tour de banc à marée haute de 18 kilomètres.

Christophe Le NOC rappelle que le bivouac et tout autre forme d’hébergement étaient déjà interdits. Selon lui, les nouvelles dispositions ne devraient pas gêner la majorité des plaisanciers mais peut être quelques opportunistes qui y trouvaient un lieu de camping insolite et préservé grâce au statut de réserve que ces mêmes squatteurs de la mer aimeraient combattre. Les seuls vrais perdants sont peut être les propriétaires de pinasses du fond du bassin. Compte tenu des marées et de la faible vitesse des vieux bateaux, il leur sera difficile de faire un aller-retour dans la journée.

En plus de ces dispositions, les règles de bonnes conduites liées à la protection de la faune et de la flore s’imposent toujours aux usagers des lieux.

Selon LA RÉGLEMENTATION :

  • L’accès est strictement interdit à l’intérieur des zones signalées par un balisage spécifique : des piquets, du cordage et des pancartes.
  • Les déplacements ne peuvent s’effectuer qu’à pied.
  • Sont notamment interdits toute l’année :
    – le débarquement des chiens
    – la chasse
    – le dérangement des animaux
    – la destruction, la cueillette des végétaux
    – le camping, le bivouac, le dépôt d’ordures
    – le nettoyage et le carénage des bateaux
    – les activités commerciales et publicitaires
    – le kitesurf
  • La vitesse des navires est limitée à 5 nœuds sur l’ensemble de la Réserve Naturelle hormis dans le chenal balisé.

Il semblerait donc que l’activité sur le bassin ne vienne pas à souffrir de la mise en place du fameux décret Ségolène à moins que le préfet ne s’invite dans le jeu et modifie la donne. Il a en effet le pouvoir de créer des zones de mouillage à l’intérieur de la zone de protection renforcée comme le dit l’article 19 du décret. A ce jour, 29 mai 2017, le sujet ne semble pas d’actualité. Pas de panique donc mais la vigilance s’impose. Il nous suffira peut être de respecter la tranquillité des lieux, de ne pas organiser d’anniversaire surprise avec 50 copains sur le banc ou d’oublier la sortie de fin d’année avec les collègues et son fameux tournoi de beach-volley. Pour le feu d’artifice, on va se contenter de celui du 15 août au Canon ou à Arcachon. La nuit venue, nous quitterons gentiment le banc et le laisserons aux seuls sternes, mouettes et petits échassiers marins.

Publicités

4 commentaires

  1. anne dit

    Ravie de lire ce nouveau post l’aventure continue donc!!.merci encore du partage et des coups de coeur sur cette belle région

    J'aime

  2. Laurent dit

    Bonjour Sophie,
    Habitué de ton blog je suis (agréablement) surpris de voir un nouveau post.
    Es tu revenue sur ta décision d’arrêter l’aventure.
    Si oui cela serait génial suivre un nouvel été au Ferret grâce à toi !
    Bien à toi.

    J'aime

    • Merci Laurent. Hyper gentil ton message. Je reviendrai certainement vous faire coucou cet été.
      J’ai trop envie de parler des nouveaux spots.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s