Mes instantanés
3 commentaires

Ouvrir la Villa du Cap Ferret

Les vacances d’octobre commencent vendredi prochain et cette année, je dois préparer la villa pour Mamie. Elle n’est pas en forme. Je suis bordelaise, je suis la plus proche, la tâche m’en incombe, c’est une évidence. Je n’ai pas pu refuser.

Quand j’ai raccroché après son appel, j’ai d’abord pensé me décharger sur un service de conciergerie. Avec l’arrivée massive des parisiens et des étrangers sur la presqu’île, l’offre a explosé. Aujourd’hui, on peut déléguer l’ouverture de sa maison de vacances. Ils prennent tout en charge, le jardin, le ménage et peuvent même remplir le frigo. J’étais assez tenté. Et puis j’ai réfléchi. Une maison se prépare avec amour. La villa, c’est notre refuge, notre cocon. Pas question de laisser à une autre la responsabilité d’accueillir la famille.

Chez Mamie*, c’est le Ferret d’hier, grand terrain boisé et maison fatiguée. Elle ne plairait pas aux nouveaux arrivants. La décoration est démodée, les chambres sont petites, on se partage les deux salles de bain et il n’y a pas de piscine. Il n’y a pas de chauffage et c’est un peu humide. Oui, mais nous on l’aime pour son charmé rétro et son immense jardin de pins et d’arbousiers. Enfants, on y a construit des cabanes. Adolescents, on a fumé nos premières cigarettes dans la remise. Aujourd’hui, on adore installer de grandes tables en été et inviter nos copains pour les incontournables soirées barbecues-rosé.

( * la maison qui illustre mon article n’est pas celle de mamie. C’est une très jolie maison authentique du Cap Ferret)

J’ai recruté mon homme pour les extérieurs, les garçons pour sortir les meubles de jardin et nous sommes allés passer le week-end-précédent les vacances.

Pour le confort de tous, j’avais activement préparé ma venue. Je suis passée chez mamie récupérer les draps et serviettes. Je fais le plein de chiffons, produit d’entretien et papier d’Arménie. J’en brûlerai dans toutes les pièces, j’aime bien son odeur rétro.

On est parti de Bordeaux le samedi matin. En une heure quinze, nous étions sur place. Hors saison, on roule super bien sur la presqu’île.

Dès l’arrivée, on a compris qu’il y aurait du boulot. En presque deux mois, les haies avaient bien poussé et les pommes de pin jonchaient le sol. La maison sentait déjà l’humidité et une armée d’araignées avait pris possession des lieux. Plafonds et recoins étaient habillés de dentelles.

Oups, petit moment de découragement. J’aurai peut-être dû me faire aider.Et puis nous nous sommes répartis le travail. Mon homme au jardin, les garçons à l’aspirateur et moi les lits. Ne croyez pas que tout cela respirait l’harmonie. J’ai du promettre un diner au restaurant pour motiver mes troupes et surtout j’avais coupé le Wifi. Je sais, c’est pas cool, mais demander gentiment n’a jamais suffit pour les tâches ménagères.

On a ouvert toutes les fenêtres et on s’est mis au travail. Les garçons ont retrouvé des vestiges de l’été sous les lits, le mini maillot de leur cousine, des vieux pansements et même un p… , je n’ose pas le dire. On se demande qui a fait le ménage en partant.

J’ai fait la chasse aux araignées, organisé les chambres en respectant les goûts de chacun, les couettes nounours pour les petits, les voitures pour les garçons, le lin naturel pour ma soeurette et le coton bien doux pour mon chéri. J’ai même mis les draps brodés pour mamie. Et c’était très sympa. J’ai eu plaisir à recréer une atmosphère chaleureuse pour chacun. Une famille, c’est une communauté d’individus qui s’aiment très fort et parfois se détestent tout autant. Comme dans un couple, il faut entretenir l’amour. Rien n’est jamais acquis. Un parcours sans histoire, sans coup de gueule, cela n’existe pas.

Ne pas oublier les doudous

Le dimanche, on a fignolé. On a préparé le feu dans la cheminée, une base de pommes de pin et quelques bûches. Les garçons ont sorti le mobilier de jardin. Mon homme a remis en route les vélos. L’automne est propice aux grandes balades sur les pistes cyclables. On est allé voir pour louer des Fat bike, ces vélos à grosse roue conçus pour rouler dans le sable. On a déjà testé, c’est hyper fun.

Balade automnale à Andernos

A la fin du week-end, la villa était toute pimpante, prête à recevoir la tribu. En vrai, j’ai adoré la mettre en route. J’imaginais que la maison était mienne. J’ai planqué quelques vieux bibelots et jeté les magazines d’il y a dix ans. J’ai même rêvé que Mamie me donnait carte blanche pour re-décorer la maison mais bon c’est juste un rêve.

Apéro d’automne

 

Publicités

3 commentaires

  1. Shelby dit

    Eh oui Sophie pas toujours top la corvée ménage mais quelle chance d’avoir cette maison, dans ce petit coin de paradis, qui sent bon la famille, les souvenirs, les joyeuses tablées, les feux de cheminées et où résonnent les rires des enfants…belles vacances de Toussaint et que le soleil soit au rendez-vous ;)…
    Marie Christine

    J'aime

    • Oui Viviane, ouvrir la Villa du Ferret ou toute autre maison de vacances ressemble à mon histoire. Ménage, jardin et préparatifs joyeux pour accueillir la famille ou les copains.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s