Que Faire au Cap Ferret
4 commentaires

Premier picnic sur la bassin d’Arcachon

 

 

Avec le mois de mai revient la saison des picnics. Sur le bassin d’Arcachon, c’est souvent la première sortie en bateau.

Pour nous les Bordelais, le premier picnic à Arguin a le goût des vacances, du rosé tiède et des tapas au sable. Ce n’est pas l’été mais il fait très beau. On a attendu la bonne fenêtre météo pour sortir un jour de grand soleil. On embarque sur le bateau disponible. C’est peut-être celui de Fred, le prévoyant qui a déjà mis son semi-rigide au corps-mort. Où alors l’habitable  de Simon. Il est hiverné à Lège dans la zone artisanale. On le met à l’eau pour la journée à la cale de Grand Piquey. Moi j’adore quand on part avec lui. C’est toujours une aventure de descendre le bateau et de le remonter sur sa remorque en fin d’après-midi. Les garçons font les fiers, ils gèrent. Nous on les laisse faire. L’égalité homme-femme ne passe pas forcément par les manœuvres de port. Et si personne n’a de bateau, on loue une pinasse à la jetée du Canon. C’est bien aussi, pas d’annexe à gérer, pas de mouillage à surveiller. On se fait promener comme des touristes.

 

La navigation en pinasse,

Retour aux années trente, le bassin à l’ancienne. Les premières pinasses n’avaient que des rames ou des voiles, le moteur est arrivé juste avant la seconde guerre mondiale. 60 Cv pour propulser trois tonnes, on est dans la balade pas dans la performance. Ca tombe bien, le week-end, on rêve de ralentir le rythme. Il faut une heure pour gagner le banc d’Arguin, notre paradis, notre île. Les débuts sont idylliques, on progresse tranquillement entre les corps-morts en longeant la côte. Au passage, on admire les jolies villas et les villages ostréicoles. A l’herbe, on fait un shooting photo, on construit notre collection d’adorables cabanes pour nourrir notre insta.

On admire la chapelle à l’architecture mauresque et on renseigne les parisiens sur son histoire. L’église en brique est l’unique vestige de la villa Algérienne, une propriété détruite au milieu du XX.

balade en pinasse (6)

Vient ensuite le port de la Vigne, le débarcadère du Cap-Ferret et la plage du centre ville. On reconnaît enfin le phare caché derrière un banc de sable et déjà la côte s’éloigne. Un dernier regard pour le restaurant chez Hortense, le spot de nos anniversaires et l’incroyable propriété de monsieur Bartherotte avec son immense tente à mariage jet-set.

La pinasse change de cap, on vire gentiment vers La Dune, on gagne le milieu du bassin. Le bateau roule et tangue, c’est limite pour le mal de mer. Les enfants adorent. Ils crient comme des fous à chaque fois que la proue monte à l’assaut d’une vague et qu’elle retombe en nous éclaboussant.

balade en pinasse (2)

On pique droit sur la dune du Pilat, la montagne de sable forme une formidable barrière. De loin, le sommet semble envahit de fourmis. En se rapprochant, les petites bêtes montrent leur visage humain. Ils sont nombreux à avoir escaladé notre Everest. C’est vrai que d’en haut la vue est incroyable. 180° sur le bassin, le banc d’Arguin, les passes et mon Ferret chéri.

Une prochaine fois, on partira à l’ascension. Mais là, on poursuit dans le chenal entre dune et banc de sable. On a réduit la vitesse. Ici, elle est limitée à cinq nœuds. Nous sommes dans un parc naturel marin. Arguin est un site protégé. (pour en savoir plus sur la règlementation : https://wordpress.com/post/lecapferretdesophiejuby.wordpress.com/6010

On ne débarquera ni parasol, ni table à manger. C’est d’ailleurs le moment de descendre par la petite échelle. Au départ, on est un peu perdu. Chaque visite sur le banc est une nouvelle aventure. La physionomie de l’île change avec les années et les marées. C’est tout le charme de l’endroit. On hésite sur la direction à prendre, on ne cherche pas l’ombre, il n’ y a pas d’arbre sur cette petite planète. Et puis on se pose, on laisse tomber sacs et paniers face à la dune.

balade en pinasse (3)

Un Picnic made in Cap Ferret : tapas, huître du banc d’Arguin et rosé.

Encore quelques photos et on cède aux appels des enfants, on passe au picnic. Des huîtres du bassin  (ni des marennes, ni des bretonnes, ni des irlandaises, on les achète chez des ostréiculteurs-artisans) des naturelles, des Banc d’Arguin, c’est une évidence aujourd’hui. En mai, elles sont en début de cycle de reproduction, dodues et charnues, un régal pour les gourmands. Pour accompagner, tapas, charcuterie et fromages. On aime tout. On termine par des dunes blanches, le dessert de nos vacances.

balade en pinasse (4)

balade en pinasse (10)

La suite est une variation autour des jeux de plage, de la baignade et de la balade sur le banc. Marcher vers l’ouest est une autre belle découverte. De l’autre côté, tout change, l’océan à perte de vue, les vagues pour jouer.

Quand vient le moment de rentrer, on range à la hâte, on embarque en vitesse, de peur de voir la pinasse définitivement échouée. La navigation du retour se fait toujours en silence. Ivres de soleil, de vent et de rosé, les copains sont fatigués. Et la pinasse roule et tangue en longeant la dune à son allure de vieille dame. Les amoureux se blottissent dans un câlin contemplatif au chaud sous une serviette. Les curieux admirent les maisons en première ligne, les autres en profitent pour faire la sieste.

Une heure plus tard, on débarque à la jetée. Les glacières sont plus légères, les paniers à moitié vides. On ne sait plus comment se quitter, on ne finit pas de s’embrasser. On se regarde, on se sourit, on fait le compte des coups de soleil et on promet de s’envoyer les photos très vite.

Merci les amis, ce premier picnic avait le goût de l’amitié. Je ne sais pas si nous finirons ensemble mais je sais que ces moments sont précieux. Nos enfants grandissent, nos vies changent mais ce qui ne change pas c’est notre passion Cap Ferret et notre amour pour Arguin.

 

 

 

Publicités

4 commentaires

  1. Shelby dit

    Bonsoir Sophie,
    Quelle belle journée en effet, à travers vos écrits j’ai toujours l’impression d’être un petit peu avec vous, une vie simple et authentique dans ce petit coin de paradis que j’aime beaucoup moi aussi.
    Ce bassin quand il vous tient et surtout quand vous savez le regarder et le respecter, ne vous lâche plus. Et ces journées en bateaux sont toujours magiques, pleines d’émotions, même si la fatigue est au rendez-vous, on a les mirettes pleines de belles images et on se prend à rêver au prochain pique-nique avec les copains…
    Amitié
    Marie Christine

    J'aime

    • Merci Marie-Christine.
      Vrai, le bassin est addictif. Et quand ces journées sur le banc d’Arguin, c’est comme un shoot de bonheur.

      J'aime

  2. Ende dit

    De belles images et commentaires…
    Petit bémol (gentil):un « picnic » est un modèle de bâteau sorti d’un sublime chantier naval local.
    Un pique-nique sur le banc d’arguin est un délicieux moment !

    J'aime

    • Merci cette remarque.
      En vrai j’aime bien picnic, c’est une liberté que je m’accorde. Mais promis une prochaine fois nous partirons en pique-nique .

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s