Tous les articles classés dans : Peintres & artistes du bassin

Rencontre avec Jean-Pierre Marladot, aquarelliste, à la Cabane Ponton du Mimbeau

J’ai longtemps ignoré l’histoire de la cabane ponton du Mimbeau. Je ne voulais pas vraiment savoir, je préférais rêver son passé. Cette cabane construite sur un ancien chaland, le bateau typique des professionnels du bassin, je l’ai toujours connue posée au fond de la lagune du quartier ostréicole. Je lui ai imaginé une vie au temps des premiers habitants du Cap Ferret, des pêcheurs qui s’abritaient sur d’anciens bateaux. J’ai rêvé y dormir avec mon homme. Je nous imaginais au matin après une nuit trop courte, un bol de café à la main, le regard émerveillé par le lever du soleil sur la dune du Pyla. Pour les besoins d’un tournage avec la Maison 5, je me suis approchée au plus près et le mystère s’est évanoui. La cabane sert d’atelier d’été à un peintre local, Jean-Pierre Marladot, dont nous connaissons tous les sublimes aquarelles. Il a l’habitude de les accrocher sur les murs des cabanes du village ostréicole en été. Devantures à l’ancienne, villas remarquables du Cap Ferret ou armoires garnies de linges anciens, …

Vicente peint la cabane de nos rêves

Nous avons tous une cabane dans le cœur, celle de nos souvenirs où celle de nos rêves. Je l’imagine taille XXS, une pièce à vivre, une chambre et c’est tout, le lieu de nos rendez-vous amoureux, de nos week-ends en duo. Posée face au bassin, ma mini maison pourrait aussi se transformer en salle de fête, base-arrière d’un méga pique-nique au soleil entre copains. Construite en pins de landes, elle pourrait rester nature, juste protégée des intempéries d’une lazure incolore. Je la préfèrerais peinte en blanc, volets et portes en gris. Devant pousseraient des plantes du bassin, des fleurs sauvages et des herbes d’ici. J’installerai comme une terrasse à l’extérieure, un mini table et deux chaises pour un café-copine. Dans ma tête, elle existe mais en vrai elle est fake. Alors pour donner une image à mon rêve, j’ai pensé à Vicente, peintre de nos souvenirs. Depuis 2012, elle propose sur le marché du Cap Ferret ses peintures de cabanes ostréicoles en mono et petit format ou rassemblées en village. De son passé de graphiste, …

Guy Rechenmann présente A la place de l’Autre.

Patrick Olaya des Editions Vents Salés et Guy Rechenmann ont réuni les fans du commissaire Viloc pour échanger autour de sa dernière aventure. Un public de fidèles s’est retrouvé à l’Escale pour entendre L’auteur. Pour sa troisième enquête, Viloc retrouve ses lieux fétiches le Cap Ferret, la pointe et l’Escale. Le commissaire Plaziat, Lili, David reprennent leur place auprès du héros. Il est question de disparition, d’amnésie, de chats. On n’en saura pas vraiment plus. L’auteur ne se livre pas, il distille quelques bons mots comme ceux empruntés à David pour illustrer les appréciations des clients : Le cabillaud, c’est fonction de l’heure de l’apéro. Rien de plus pour ce soir, juste un verre entre amis et l’envie de repartir le bouquin sous le bras. Quelques mots sur le livre précédent, la seconde enquête du commissaire :   https://lecapferretdesophiejuby.wordpress.com/2015/10/05/fausse-note-le-soft-polar-de-guy-rechenman/

Jeunesse, passion et émotions pour la soirée de clôture du Cap Ferret Music Open.

Dimanche soir, salle de la Forestière, Hélène Berger présidente de l’association Sons d’Avril, Hervé Alexandre co-directeur artistique et Marie Delmas maire adjoint du Cap Ferret présentaient les lauréats de deux jours d’auditions et de sélections. Le Trio Sora, Piano, violon et violoncelle a remporté l’Open. Les trois jeunes filles repartent avec un prix de 1000 euros offert par Nissan Ares. Les autres gagnants ont remporté des invitations à de célèbres concours internationaux. Les trois lauréates ont partagé leur plaisir de jouer dans le concert qui a suivi l’annonce des résultats. Elles ont ravi une salle déjà conquise par l’impétuosité du Duo Alma à la flute. C’était génial, moderne, enlevé et déroutant. Oui déroutant car le concert avait commencé par des chants Renaissance, de l’inattendu en costume d’époque ! Pour terminer, nous avons eu la chance d’écouter Elena Dmytriieva au piano. La superbe Russe a conquis la salle avec du Chopin et du Rachmaninoff joués avec toute la fougue de la jeunesse. Elle nous a touchés lors du rappel nous faisant l’offrande d’un morceau écrit par son …

Fausse note, le soft polar de Guy Rechenman

Fifty Shade of Grey a lancé la mode du soft, tu restes dans la tendance avec la deuxième enquête d’Anselme Viloc, le flic de papier. Dans le bouquin, la violence est contenue, le crime reste propre. Nul besoin d’être trop hot pour captiver son lecteur même si Fausse note reste un vrai roman à suspense. L’auteur le dit lui même, son flic fait face à Une sacrée tension, deux morts et pas de vieillesse, deux disparus retrouvés saufs, sains, on verra plus tard, le tout en l’espace d’un quart d’heure, un record du monde dans la spécialité, ça mérite le Guiness Book. A moins de déterrer en plus une momie de pharaon égarée dans le coin, on ne peut guère faire mieux. Tu t’attaches facilement au héros, un doux homme épris de justice, un peu égaré dans le monde de la PJ. Je lui ai cherché en vain des ressemblances avec l’auteur; Guy Rechenman n’a pas cédé à la mode des romans intimistes. Au physique déjà les deux hommes diffèrent Ansèlme Viloc est un petit …

Gilles Sarthou : peintre des passions masculines

La chasse avec les chiens courants, la voile ancienne ou les voitures de légende, Gilles Sarthou nous donne à découvrir l’univers du Gentleman Bordelais, un mélange de sport, de vitesse et de traditions. Installée de Pâques à fin septembre boulevard de la plage au Cap Ferret, la boutique atelier du peintre attire par ses grands formats. Tu aimeras ses huiles sur toile: pinasses, villages ostréicoles ou dune du Pilat, peintures réalistes et contemporaines. La palette presque pastel des verts, des ciels nuageux et du sable blond fonctionne à merveille avec les murs de pins bruts de nos cabanes ostréicoles. Elle accompagne tout au long de l’année les amoureux du Ferret dans leur résidence principale à Bordeaux, Paris et souvent très loin en Suisse ou au Canada. Attention, les pinasses paresseusement posées sur le sable du Mimbeau ne constituent qu’une partie du travail du peintre, le monde animal est sa seconde source d’inspiration. La passion des chevaux l’habite depuis l’enfance, lui le fils d’un éleveur. Il fait de l’animal une star, portraitisée dans le respect total …

Salon du livre d’Ares : l’album photos de 2015

J’aime beaucoup le salon du livre d’Ares, une manifestation à taille humaine qui rassemble vingt-cinq auteurs sélectionnés par les Editions Vents Salés pour leur proximité avec le bassin. j’ai retrouvé avec plaisir les déjà fidèles de l’organisateur Patrick Olaya : Bernard Cazaubon, Simone Gélin, Guy Rechenmann, Philippe Lefait, Françoise Laborde et Antoine Mesnier. J’ai aussi écouté la vedette de cette seconde édition, Jean-louis Débré qui présentait son dernier bouquin : Le Monde selon Jacques Chirac, éditions Tallandier. Je n’ai pas oublié de m’arrêter auprès des invités de l’année tel Salim Bachi pour Le Consul. Il s’agit de la biographie d’un juste Aristides de Sousa Mendes consul du Portugal sous le Bordeaux de l’occupation. j’ai aussi noté la présence de femmes au CV atypique comme Danièle Thiéry ancienne commissaire divisionnaire devenue auteur de polar. Je cherchais quelque chose de nouveau, j’ai regardé du côté des premiers romans. Celui de l’avocat bordelais Pierre Hurmic les pilleurs de glace, où l’expression ludique d’un message politique, ici l’écologie préventive me semble assez amusant. Je vais le lire et je …

Trois Peintres , Trois regards sur le bassin. Vicente, Serge Audon, Carmen Dominguez-Jordan

Huiles ou aquarelles, Serge Audon fait le choix du monochrome. Sa palette se limite volontairement au bleu sous toutes ces déclinaisons brume d’azur, bleu pastel, bleu outremer, indigo et même acier, pétrole. Son bassin est une vaste étendue d’eau ou la présence humaine se limite à quelques piquets de parcs à huîtres comme abandonnés par le temps. Une vision apaisante, accrochée au mur de ton bureau, elle sera parfaite pour une pause no stress. Carmen Dominguez-Jordan propose une vision plus épurée. Le bassin prend des teintes métalliques : perle, tourterelle, acier, ardoise Son travail évolue d’une représentation stylisée vers une totale abstraction. Le trait est nerveux, dynamique, le rendu très décoratif. Vicente a gardé de son passé de graphiste le goût du trait et la passion du détail. Le bassin est tout entier dans ses villages ostréicoles dont elle dessine les cabanes de mémoire. Avec le temps, ses tableaux s’enrichissent de multiples clins d’oeil . Tu remarqueras le linge qui sèche : un bikini en lieu et place d’un vêtement de travail. La pinasse est à la …

Château Pape-Clément : la pinasse Bleu de Mer en vedette

La pinasse à voile Bleu de Mer, tout juste lancée et déjà star. Elle s’affiche sur la toile de Karine Legros et s’expose à la Cave des Découvertes. Bleue et Blanche, elle porte fièrement les couleurs d’un rosé du Languedoc, propriété du sérial entrepreneur Bordelais Bernard Magrez. L’homme d’affaires est aussi un fidèle du bassin et grand amateur de régates de pinasse. Les chantiers navals Bossuet ont donné vie à son rêve : une embarcation conçue et fabriquée à Arcachon et mise à l’eau en juillet 2014. Bleu de mer, un bateau technique et performant participera aux régates de voiliers traditionnels du Bassin coachée par l’association l’Amicale des Pinasseyres du Bassin d’Arcachon et de son président Jérôme Pigneux. L’élégance de la pinasse a séduit l’artiste peintre Karine Legros qui en a fait la vedette de son exposition à la boutique La Cave des Découvertes de Château Pape – Clément. Les tableaux resteront en place jusqu’en décembre, pense à organiser une visite dégustation d’ici là.

Martine Gonnin, peintre du Bassin.

Installée depuis plus de quinze ans à Andernos, Martine Gonnin ouvre sa Maison Bleue à Grand Piquey. Cet ensemble immobilier construit autour de trois cabanes ostréicoles était précédemment dévolu à la vente de mobilier d’extérieur façon Adirondack. Déjà, j’adorais ce lieu très art brut, très East Coast. Aujourd’hui, l’atelier a été entièrement redécoré par Martine. Elle y a installé sa peinture en grand, donnant ainsi la vraie mesure de son talent. Sur les murs repeints en bleu, elle a accroché des grands formats, souvent des triptyques et même des polyptyques. Son travail se décline autour de trois thèmes principaux : les femmes, le bassin d’Arcachon et le vin. Les femmes à la silhouette élancée vont souvent par trois. Elles inclinent leur long cou vers leurs sœurs ou amies. Les yeux en amande sont surdimensionnés alors que le nez ou les cheveux se réduisent à quelques traits. Tu y verrais bien un air de Modigliani, mais Martine ne s’encombre pas de références au passé. Autodidacte, elle a crée son propre langage libre, coloré et fougueux.   Le …

1er salon du livre d’Ares , enfin une manifestation réservée aux écrivains du Bassin

Un article sur des écrivains… Oups, comment te dire, difficile exercice. Pourtant, le 1er salon du livre d’Ares qui s’est tenu ce week end mérite un clin d’œil dans ce blog. L’éditeur Patrick Olaya s’est lancé dans cette aventure avec le soutien de Dominique Pallet adjoint à culture de la mairie d’Arès. Courageuse initiative de monter un salon en mai. C’était jouer au poker menteur avec la météo. Courageux aussi de porter un projet dans une salle relativement isolée du centre ville et donc privée de l’apport potentiel de visiteurs de passage. Qu’importe, de nombreux écrivains ont répondu présent et le public est venu en quête d’une jolie dédicace ou d’un court tête à tête, un moment de partage avec un auteur admiré. Quels auteurs justement ? Une majorité des écrivains présents sont édités par « Vents Salés », l’organisateur du salon. Tous répondaient aux critères de sélection de Patrick Olaya, à savoir : o   Avoir publié chez un éditeur un ouvrage dans les douze derniers mois o   Ecrire en relation avec le Bassin d’Arcachon o   Ou bien être …

Entretien très ferret avec Christian Bernard

est un peintre emblématique de notre petit monde très Ferret. Ses aquarelles, ses tableaux de pinasses, le bateau typique du bassin, sa peinture très décorative nous permettent de recréer un univers visuel unique. Ses œuvres sont accrochées dans de nombreuses villas, il est de bon ton d’avoir son Christian Bernard accroché au mur du salon. Christian Bernard peint dans la fidélité au modèle : vue sur la dune du pyla, cabanes en bois, les pinasses en répétition. Pourtant son travail n’est pas une réitération mais plutôt un parti pris de témoigner sur un monde si magique qu’il ne finit pas de nous étonner. Si le peintre revient sans cesse sur les mêmes sujets, son travail n’est pas figé. Il évolue, partant d’une reproduction fidèle de la réalité pour aller vers des dessins japonisants. D’un foisonnement de détail vers la pureté du trait, la représentation minimaliste de notre Ferret au travers de ses  symboles : le phare, les cabanes tchanquées, une coque de pinassotte. Aplats,  monochromes, rouge, noir et blanc, sa palette s’est épurée. Il peignait des bateaux …

Art brut au Ferret

L’Art Brut le terme inventé par le peintre Dubuffet en 1945 qualifie assez bien l’objet présenté ici. Oeuvre d’art ? Ce bel objet n’aurait pas dépareillé dans un stand de la FIAC. Et puisqu’une Ferrari accidentée a trouvé preneur, gageons que cette sculpture marine se serait arrachée. Alors Bertrand si ton Ford qui garde belle allure malgré les morsures océanes venait à te lâcher, pense à le proposer à une galerie qui saura apprécier le Bleu Klein de ta fière machine.

Chris Salier peint le bassin sur toile de lin.

Chris Salier a développé un procédé original qui donne à ses vues du bassin une touche de  modernité faisant défaut à bien des peintures figuratives. En premier elle ne peint pas sur des toiles blanches mais sur de la toile de lin brute importée d’Italie et montée sur châssis.Cette toile de lin donnera un aspect très matériel à son travail. Ensuite elle réalise d’abord un croquis in situ en aquarelle. Puis en atelier, elle prépare elle même ses couleurs. Si elle tient ses recettes secrètes, elle évoque toutefois l’utilisation de pigments naturels minéraux ou végétaux. Elle procède au mélange de pigments avec de la résine et autres composants. Sur la toile elle trace une esquisse et enfin elle se lance d’un geste très sur de professionnelle. En effet sa technique laissant apparaître la toile de lin brute, il lui est impossible de reprendre son travail comme on peut le faire sur une toile blanche. J’aimerai partager avec toi mon coup de cœur pour ses gros plans sur les villages ostréicoles. 

Hôtel Côté Sable Pascal Bataille invite Bernard Cazaubon pour son livre  » L’Ostréopithèque « 

Bernard Cazaubon  présente son dernier polar. Meurtres en première ligne. Un nouveau roman qui mêle avec bonheur, les univers de Bernard  Cazaubon. Le monde du barreau rencontre  celui de l’ostréiculture. Un livre ou l’on retrouve des personnalités du Ferret. A emporter pour une après-midi détente au banc d’Arguin. «  L’Ostréopithèque », Bernard Cazaubon, Éditions Vents salés, 19 euros.

L’été au Ferret : 2 livres incontournables !!!

Tu veux apprendre le Ferret très vite ? Mon conseil : achète chez Alice les 2 livres indispensables. Rencontre au Cap de Ulrich Chofflet & Un été au Cap Ferret de Fabienne Legrand Le livre d’Ulrich Chofflet ressemble à notre album de famille.  Une galerie de portraits de ceux qui ont marqué notre enfance très Ferret associée à la génération qui prend doucement les commandes de la ville. Un livre à offrir absolument … Fabienne, elle en bonne illustratrice a croqué toutes les personnalités du Ferret. Mais elle les met en scène de façon humoristique. Son livre est le parcours initiatique d’une parisienne au Ferret. Une bonne introduction à notre petit monde destinée à tous les estrangers … Fiches techniques :

Les encres de Serge Roubichou: le Ferret en noir & blanc

Bordeaux, rue Bouffard. Le Ferret me rattrape dans la vitrine de la galerie Florian Arar. Vues du  Mimbeau en monochrome. Ces derniers mois, j’ai vu le ferret s’habiller de gris, comme si un décorateur fou peignait le ciel d’un nuancier : étain, argent, perle, acier, souris, fer. L’encre de chine donne aux paysages du bassin la modernité qui manquait à l’aquarelle. Le travail de Serge Roubichou devient tendance !!  Moi j’aimerais bien accrocher ces vues sur les murs de ma cabane. Comme toujours ma Ferret attitude me pousse à aller plus loin. Voici le résultat de mon échange avec Serge. Un homme passionné du Bassin, du Ferret et du patrimoine. Il se dit « gourmand de rencontres ». C’est donc un vrai bonheur que d’échanger nos impressions bassin. Voici sa petite interview :  

Vicente : des cabanes à offrir

Vicente je t’en parle depuis le début du Blog. J’avais eu le coup de cœur sur le marché pour sa peinture décorative autour de thèmes très Ferret. Au début peu de visuels : la bouée, le phare du Ferret et quelques pinasses. Mais aussi  des têtes de coq. Bestiaire pour le moins original laissant présager  d’une personnalité pleine de  talent et  d’idées. En ce début septembre, je la retrouve en exposition salle du Panier Fleuri (près du débarcadère) dans une nouvelle dynamique. Sophie peint des mini-scènes autour de ses cabanes.  Abandonnant le lin brut de ses débuts, elle propose des ambiances de taupe parfaitement adaptables à la décoration actuelle. C’est trop bien tu peux choisir les illustrations qui te conviennent le mieux : planche de surf, T-shirt i love ferret. En plus Vicente elle est trop cool elle veut bien ajouter au tableau le nom de ton chéri, le nom de ta cabane et même un petit doggy si tu es fan. Alors ne cherche plus, quand tu as un cadeau à faire tu oublies le dernier T-shirt Bérénice et tu offres …

Vicente Expose au Canon

Vicente expose  ses tronches de coqs et autres spécialités du Bassin d’Arcachon  Du Vendredi 25 mai au Samedi 02 juin de 10 h à 18h Salle de l’agence postale (à côté de La Poste) LE CANON Tu connais Vicente ? Ses tronches de coq pour ma cuisine. Ses Pinasses, phare du Cap Ferret et autre bouée pour mon Ferret. Ses doudous et cabanes pour  des cadeaux sympas à mes petites chéries. Je suis très fan. Alors jeudi quand je reçois son invitation pour son expo du Canon, je cherche un plan. Depuis ce matin Bordeaux étouffe. Quelle chaleur !!! La vraie solution : le Ferret. Un pique nique de fille avec quelques tomates et du melon. Direction la plage. Bain de soleil avec lecture intello style Gala. Waouh !! Que ça fait du bien après les jours grisous tristoux. Et pour terminer la journée un coucou à Vicente au Canon. Trop sympa l’expo. Vicente est accompagnée d’Isabelle Marquise qui propose des compositions en bois flotté. Très bassin l’ambiance. Mon coup de cœur : la 2CV fourgonnette de Desgraves. !!!!